1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Le Blog de EUROPE UNIE

Mission en Bulgarie à l'orphelinat "Katia Vencheva" de Jordi et François-Xavier

Posted by Europe Unie
Europe Unie
Europe Unie n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
le Jeudi, 04 Septembre 2014 dans non catégorisé

Dans le cadre de leur cursus de formation à l'ESSEC Business School, Jordi et François-Xavier ont choisi Europe Unie pour effectuer leur expérience terrain à caractère humanitaire.

Europe Unie leur a proposé de partir en mission en Bulgarie dans l'orphelinat "Katia Vencheva" de Chiroka Laka. Un petit orphelinat situé dans les montagnes des Rhodopes au Sud de la Bulgarie que l'association aide depuis presque deux ans. Durant ce séjour, ils étaient accompagnés de Teodora Ribareva qui, grâce à sa pratique du français, les a aidés dans la compréhension du bulgare.

Europe Unie les remercie tous les trois pour leur travail ainsi que pour le retour que nous avons eu. Ces informations nous guideront dans la poursuite de nos actions en faveur des enfants de l'Orphelinat " Katia Vencheva". Un grand merci également à Stanislas, le directeur de l'institut, qui a permis à Jordi et François Xavier de réaliser leur mission dans les meilleurs conditions.

Voici le récit de leur mission illustré de quelques photos :

Dans le cadre de leurs études en école de commerce, deux amis, François-Xavier le normand et Jordi le catalan, devaient partir pour un mois en expérience terrain humanitaire. Assoiffés d’aventures, ils décident de rendre l’expérience plus conviviale en partant avec leur automobile à travers les routes du Sud-Est de l’Europe. Ne sachant pas ce qui les attend et ayant un bon nombre d’a priori et de préjugés concernant leur pays de destination, ils expriment peu de joie à l’heure de partir.

Après avoir collecté plus de 200 kilos de matériels et travaillé nuit et jour sur une vieille voiture qu’ils ont dénichée, le 17 juillet 2014, à deux heures et demi du matin, les deux compères décident de prendre la route en direction d’une contrée bien lointaine : la Bulgarie.

« Bien assis » dans leur bolide de 4 cv, qui n’est rien d’autre qu’une 4L de 1980, ils avalent les 2500 kilomètres, traversant le Sud de la France, l’Italie pour embarquer sur un ferry pour rallier la Grèce. Après plusieurs incidents mécaniques, ils arrivent en terre promise : le camp de vacances de l’orphelinat Katya Vancheva, dans la petite ville de Sandanski en plein cœur des montagnes bulgares.

L’arrivée fût un vrai choc pour eux ! Traverser pour la première fois la frontière du pays le plus pauvre d'Europe est une expérience indescriptible.

Tout juste entrés en terre inconnue où les grosses cylindrées allemandes aux vitres teintées côtoient les charrettes et les mulets, ils regrettent déjà leur première pensée. Ils pressentent alors que cette expérience va être très enrichissante et tellement plus intéressante qu’un mois de vacances à la plage.

Deuxième électrochoc ! Ce bâtiment délabré, aux vitres cassées, plus proche d’un squat que d’un lieu d’accueil pour enfants, ne pouvait en aucun cas être leur résidence de vacances. Et bien oui ! Moins d’une demi-journée passée en Bulgarie, les deux amis comprennent déjà que rien ne vaut l’immersion totale pour prendre conscience de la réalité des choses, notamment des plus dures. La misère est partout dans le monde. On le sait, mais il faut la côtoyer pour réellement comprendre ce que ce mot signifie…

Attendus et accueillis tels des messies venant prêcher la bonne parole, ils découvrent des enfants orphelins de tous âges, aux traits relativement froids et sévères mais aux regards en quête d’affection. Les valises à peine défaites, les deux extraterrestres étaient déjà en train de jouer au Kems bulgare et l’aventure ne faisait que commencer…

En quelques minutes, ils viennent de comprendre que le mois qui les attend sera fatiguant mais plein de bonheurs et de joies au point d’en oublier même la barrière de la langue… Les jours défilent à vitesse grand V et les enfants se révèlent fascinants, intelligents, attachants et faisant preuve de qualités exceptionnelles. Au fil du temps, les deux aventuriers découvrent l’histoire de chaque enfant.


Musa, un jeune rom, délaissé par sa famille, a appris le bulgare et rattrapé son retard scolaire en moins d’un an.

Le normand et le catalan s’attachent à cette famille recomposée et culpabilisent d’avoir eu des a priori sur leur séjour mais aussi de ne pas pouvoir rester plus de temps avec eux.


Jordi gardera en mémoire ce visage. L’histoire, la force, le courage et la volonté que Mira exprime au quotidien le marquera à jamais. Son air rude et froid témoigne de la douleur de son histoire, du manque d’affection et d’attention qui règne en Bulgarie. Cependant, c’est une immense générosité, bonté et une personne attentionnée qui se cache derrière cet violence. Il se rendit compte que ce sont très souvent ceux qui possèdent le moins qui savent offrir le plus. Il espère surtout avoir réussi à lui donner autant que ce qu’elle a pu lui transmettre!

Les deux étudiants n’oublieront surtout pas la petite Nadia, qui du haut de ses sept ans, leur a aussi donné une belle leçon de vie. Débrouillarde et vive d’esprit, elle leur a rappelé les plaisirs simples de la vie ! Orpheline de ses deux parents mais résidant dans la jolie petite famille de l’orphelinat, dès son réveil, c’est son sourire qui faisait rayonner les visages de ses frères et sœurs.

Elle leur apprend à profiter au maximum de chaque moment de la vie et de ne jamais oublier d’être heureux !

 

Ils vécurent également des moments très particuliers lors des sorties quand le directeur devenait le chauffeur du minibus 9 places dans lequel ils s’entassaient à plus de 20 ! Concernant le directeur, lui-même orphelin, cet homme est un exemple de réussite dans la vie. Il permet aux enfants de vivre, grandir et s’épanouir pour le mieux dans des conditions pourtant si difficiles. Il consacre sa vie aux orphelins qu’il considère comme ses propres enfants.

Il fait preuve d’une sagesse et d’une patience épatantes que les deux amis se rappelleront quotidiennement car elles constituent bien plus qu’une force !

De leurs côtés, les deux amis ressentent une certaine honte face à ces enfants, et prennent conscience de leur égoïsme. Pourquoi donc ?

Parce que nous ne naissons mais pas tous avec les mêmes chances ! Parce que nous pourrions être à leur place… Parce que nous pourrions leur consacrer un peu plus de notre temps… Car finalement, ne trouve-t-on pas notre bonheur en rendant les autres heureux ?

Or, nous ne sommes pas à leur place. Et, cette expérience nous permet de nous rendre compte d’une réalité particulièrement triste du monde. Elle nous permet de comprendre que donner un peu de notre temps à des enfants orphelins constituent pour eux un vrai souffle d’air frais. Ce qui pour nous est devenu banal est très souvent quelque chose d’exceptionnel dans leur vie !

Visiter un monastère, jouer au foot, aller à la piscine, marcher à travers la montagne, se baigner dans une rivière sont des activités qui, pour nous, citoyens du monde privilégiés, sont quotidiennes, voire même, banales. Pour ces orphelins, ce sont des activités simples, porteuses d’un immense bonheur. Rencontrer deux français, leur apprendre le bulgare ou bien parler le français constituent de petites choses qui leur apportent, un court instant, un peu de bonheur !

Les deux amis comprennent alors que dans leur univers, les plaisirs simples de la vie ont perdu leurs saveurs. Ils prennent également conscience de leur capacité à apporter un peu de bonheur à ces jolies petites personnes. Ils se rendent surtout compte que, tous les jours passés à leurs côtés, remplis de joies et de sourires, leur procurent plus de bonheur qu’ils n’auraient pu l’imaginer ! Surement bien plus heureux que les enfants, sont-ils !

Plus de 3000 kilomètres les attendent pour traverser la Bulgarie, la Serbie, la Croatie, la Slovénie et à nouveau l’Italie puis la France. Ils continueront à découvrir de nouveaux visages, paysages et personnages… Je ne terminerai pas en disant : «  fin de l’histoire » car, celle-ci va continuer de s’écrire. En effet, François-Xavier le normand et Jordi le catalan comptent retourner durant leurs vacances dans le petit orphelinat Katya Vancheva… pour vivre de nouvelles émotions. Je conclurai donc en disant «  Aventure à suivre » ! J'en profite enfin pour remercier vivement Jean-Michel Borie, président de l'association Europe Unie, de nous avoir permis de vivre cette extraordinaire aventure humaine.

Mots clés : Aucun mot clé
Europe Unie n'a pas encore mis à jour sa biographie

Commentaires

Veuillez vous connecter d'abord avant d'ajouter un commentaire